QUI VEUT LA PEAU DE NESTOR BOYAUX

41yxa2 hdal sy346

 

CHRONIQUE DE SANDRINE :

 

Titre : QUI VEUT LA PEAU DE NESTOR BOYAUX

 

Auteur : Luc Doyelle (alias Lucius Von Lucius)

 

Parution : 01/12/2010 – Auto-Édition

 

Genre : Policier Humoristique – 328 Pages.

 

L’auteur :

Luc Doyelle nait en 1963 sur les bords de la Voulzie (Seine et Marne). Sa mère le trempe alors dans le fleuve en le saisissant par l’oreille gauche, qui restera à tout jamais son point faible (son attrait pour les bonnets rouges et la plongée sous-marine restera dans la légende). À huit ans, il gagne son premier tour de France tricycle, puis un accident de coton-tige met fin à sa carrière. Il se reconvertit dans le coloriage professionnel, puis organise des courses clandestines de koalas en forêt de Chenoise avant de se découvrir une passion pour l’écriture. Ce sera la consécration : Les liaisons presque dangereuses, puis C’est au pied du mur qu’on mange des merles, scelleront le destin de tout un peuple.

 

Le résumé :

Le polar selon Lucius…

Méfiez-vous le jour où votre ami de toujours débarque après dix années de silence radio.

Prenez garde s’il vous propose sur un plateau la solution à tous vos problèmes.

Mais surtout… restez vigilant si votre ami se nomme NESTOR BOYAUX !

Ces retrouvailles chaleureuses seront les prémices d’une étrange descente aux enfers. Lorsqu’un clochard prend le contrôle de votre destinée, que la radio diffuse des informations surprenantes, et que la maréchaussée se pointe à tous les coins de rue, il est temps de crier au secours !

Une épopée polaroid parsemée d’humour et de suspense.

 

Ma petite chronique :

J’ai découvert Lucius VonLucius Doyellus, de son vrai nom Luc Doyelle avec son roman « L’ennui du mort vivant » durant lequel je ne me suis pas ennuyée une minute.

C’est donc avec plaisir que j’ai accepté le Service Presse pour « Qui veut la peau de Nestor Boyaux ».

Une nouvelle fois j’ai été embarquée par l’humour décapant de l’auteur, un style qui ne pourra malheureusement, plaire à tout le monde, car Luc Doyelle fait partie des auteurs sans juste milieu.

Ou on n’aime pas, ou comme moi on adore.

Une lecture addictive une fois commencée, on ne peut plus fermer le livre.

Il faut une certaine ouverture d’esprit et des connaissances générales assidues, pour comprendre les allusions aux événements ou noms d’artistes dont le livre est truffé.

L’auteur use et abuse de situations amusantes, de quiproquos, et ça marche !!!

Certains pourront trouver qu’il y a trop de Post-scriptum, pas toujours aisé à lire sur numérique, à ceux-là je dirai achetez le livre broché, car ils sont juste délirants et uniques en leur genre.

Un vrai sport cérébral que de lire les romans de Luc Doyelle.

Que dire de l’histoire sans spoiler !!!!

Là encore, Luc Doyelle nous surprend, en utilisant sa propre personne dans la fiction. J’ose espérer que c’est une fiction, quoi qu’avec lui on est à l’abri de rien !!!

Lucius, auteur de romans policiers est en quête d’inspiration pour son prochain livre et il va se confier à son ami d’enfance Nestor Boyaux qu’il n’a pas revu depuis plus de dix ans. Du temps où avec une bande de « zigotos » comme eux, ils faisaient les quatre cents coups.

Mais voilà, Lucius, va se retrouver accusé de meurtre et entraîné dans une fuite en compagnie d’un SDF dernière génération qui fait la manche via internet « clodo-point-com » et deux jeunes femmes excentriques qu’ils trouveront sur le bord de la route (une paraplégique qui n’a pas la langue dans sa poche et une asiatique qui se maquille au fromage).

Un suspense à couper le souffle et une fin aussi folle qu’inattendue.

Des scènes dignes d’un bon film comique, des personnages hilarants bien choisis, un humour à s’en faire mal aux joues à chaque page.

Je dis bravo et merci Lucius pour ce merveilleux moment de détente.

 

Ma petite note : 19.50/20

(je réserve le 20 pour le prochain, histoire de mettre un peu la pression à l’auteur).

 

Pour vous le procurer : Cliquez ici fds2016

Ajouter un commentaire