LE ROCHER

41ybnr9cb7l sx195

 

 

CHRONIQUE DE SANDRINE :

 

Titre : LE ROCHER

 

Auteur : Élisa Sebbel

 

Parution : 02/12/2017 – Auto-Édition

 

Genre : Historique – 294 Pages.

 

L’auteur :

Docteur en Littérature Française, Elisa Sebbel donne des cours dans une université espagnole et fait de la recherche. Passionnée par l’histoire, elle s’intéresse particulièrement au XIXème siècle et à l’Empire. Elle a publié de nombreux articles académiques de littérature et participé à de nombreux congrès et colloques. Avec ce premier roman, elle se lance dans l’écriture littéraire.

 

Le résumé :

5 mai 1809, cinq mille soldats de l’armée napoléonienne sont déposés sur l’île déserte de Cabréra. Parmi eux, vingt et une femmes, dont une jeune cantinière de dix-huit ans qui vient de perdre son mari. Sur tous les visages, la même question : les a-t-on abandonnés à leur propre sort sur ce rocher aride ?

Le lecteur vivra avec Angélique ce drame oublié de notre histoire. Il partagera son quotidien, ses émotions, ses moments de joie, de tristesse, de peur, de doute, d’espoir et de désespoir. Il expérimentera la faim, la soif, le froid, la violence, mais aussi des instants de bonheur immense, un amour qui emportera la raison et tous les sens et redonnera une raison de lutter, des moments exceptionnels d’amitié, de tendresse, de bonté humaine, il découvrira les ressources inattendues de l’humain quand tout semble perdu… Partagée entre deux hommes, Angélique l’emportera dans le tourbillon de sa vie. Inspiré de faits réels, ce roman est troublant de vérité.

 

Ma petite chronique :

Pour commencer je remercie l’auteure, Elisa Sebbel, pour la confiance qu’elle m’a accordée en me proposant le service presse de son roman, pour être plus précise un chef-d’œuvre.

Lorsqu’on parle de roman historique ça peut faire peur ! Et bien découvrez « Le rocher » et vous changerez certainement d’avis. En ce qui me concerne ce roman est une révélation, un coup de cœur.

Le roman commence par un rappel concis des faits historiques, afin de situer le lecteur dans le temps. La défaite espagnole face à l’armée de Napoléon 1er en 1809.

Certes le récit est romancé, mais basé sur des faits réels d’une période de notre histoire malheureusement méconnue. L’auteure a effectué un travail de recherches colossales et maîtrise parfaitement son sujet, au point qu’il nous semblerait voir l’héroïne arriver de l’île de Cabréra pour nous conter sa tragique aventure.

Angélique, jeune veuve de 18 ans devenue vivandière (terme utilisé pour désigner les femmes attachées à des régiments pour servir de personnels de service), pour suivre l’homme qu’elle aimait, fait partie des vingt et une femmes et cinq mille hommes abandonnés, le 5 mai 1809, sur une petite île des Baléares de sable granuleux et de roche.

Hormis une ruine de château et une seule petite source d’eau potable qui se tarit très vite vu le nombre de prisonniers, on trouve quelques herbes qui serviront de décoctions pour les malades, rien qui puisse leur permettre de s’alimenter.

Les conditions de vie sont effroyables et misérables.

Alors commence une vraie lutte pour la survie, entre la famine et les épidémies, beaucoup ne survivront pas. Ils devront s’armer de courage et faire preuve de beaucoup d’imagination afin de s’abriter de la canicule et des tempêtes hivernales.

L’amitié, l’amour, la solidarité et le partage prendront tout leur sens, pour survivre.

Angélique est une femme courageuse et déterminée à vivre. Elle a la chance d’être protégée par un gradé, une sécurité indispensable sur cette île, où l’instinct animal de l’homme refait vite surface.

Impossible de s’échapper perdus en pleine méditerranée, les prisonniers sont soumis à attendre que les troupes espagnoles daignent les livrer au compte-goutte et surtout à intervalles qui deviendront de plus en plus irréguliers.

Qu’adviendra-t-il de ces malheureux ? Seront-ils libérés, ou finiront-ils leur vie, abandonnés sur cette île ?

J’ai lu ce roman en quasi-état d’apnée, complètement envoûtée par le récit, une page poussant l’autre sans m’en rendre compte en quelques heures.

Le travail de l’auteure est si précis, les descriptions si détaillées, qu’au fil de ma lecture je visualisais les images.

Je vais m’offrir la version brochée qui a amplement sa place dans ma collection de livres d’auteurs indépendants.

J’ai beaucoup apprécié la documentation et les illustrations d’objets fabriqués à partir d’ossements humains, retrouvés sur l’île et présentés à la fin du roman.

Je remercie Elisa Sebbel de m’avoir donné l’opportunité de connaître cette période qui devrait être remise dans les cours d’histoire.

Une version télévisée ne serait pas pour me déplaire, il y aurait vraiment de quoi tourner cette tragédie historique car l’île de Cabréra ne serait-elle pas une sorte de camp de concentration avant Auschwitz et Dachau !

Je recommande vivement ce roman, et j’attends la suite avec impatience.

Vous pourrez accéder en fin de chronique au site de l’auteur pour y découvrir des photos de l’île et des documents exceptionnels.

 

Ma petite note : 10/10

Pour vous le procurer :Cliquez ici fds2016

Le site de l'auteur :Cliquez ici fds2016


CHRONIQUE DE NADINE :

 

Titre : LE ROCHER

 

Auteur : Élisa Sebbel

 

Parution : 02/12/2017 – Auto-Édition

 

222 Pages

 

Cabréra, 5 mai 1809 :

Cinq frégates espagnoles débarquent 5000 hommes et 21 femmes, faits prisonniers sur un rocher. Ils les jettent comme des sacs de détritus dans une décharge sauvage, et les laissent seuls face à leurs destins. Ils n'ont rien pour s’abriter, manger, mais rien du tout, seulement les haillons qui les habillent.

Un bateau vient, de temps à autre, leur amener du pain, des fèves et un peu de chou et du lard !

Par le regard et les pensées d’Angélique, 18 ans, mariée très jeune et déjà veuve, on va découvrir la vie quotidienne de ces hommes et femmes, qui jour après jour, vont s’organiser, construire une petite ville, avec le marché, une église, un théâtre etc...

Malgré la faim qui les tenaille, qui fait hurler leurs ventres, ils vont tout faire pour s’en sortir ! La mort est là, qui rôde autour des malades, des plus faibles et les fauche !! Des rencontres, de l’amour, de la solitude et cette envie irrésistible de survivre.

Ils vont affronter les saisons, les unes après les autres, entre un hiver qui les gèle littéralement sur place et l’été qui les assèche, les fait fondre, divaguer… Et l’automne avec ses pluies diluviennes, cette humidité qui s’incruste jusqu'à dans leurs moelles. Tout est hostile sur cette île de 3kms sur 5, faite de grottes et de falaises. Les maladies à répétition s’en mêlent aussi, du typhus à la gangrène et des pneumonies, tout est réuni pour les anéantir. Et jour après jour, ces hommes et femmes sont décimés.

Mais il y a toujours l’espoir, cet espoir qui les motive pour survivre, vivre quoiqu'il arrive ! Jusqu'où iront-ils pour survivre ? Et vous qu'auriez-vous fait pour sauver votre peau ?

Elisa, avec ta plume qui pose tes mots, tes phrases avec délicatesse, précision, réalité, tu nous emportes sur cette île avec ces prisonniers, on a faim avec eux, froid, on tremble, on a peur, on est avec eux !!

Tu as écrit un sublime, merveilleux roman sur une tranche d’histoire que peu de personnes connaissent. Tu as fait un excellent travail de recherche approfondie. Et merci d’avoir mis à la fin quelques photos de l’île et des objets fabriqués par ces prisonniers.

Je ne peux que vous conseiller de le lire.

 

Résumé :

5 mai 1809, cinq mille soldats de l’armée napoléonienne sont déposés sur l’île déserte de Cabréra. Parmi eux, vingt et une femmes, dont une jeune cantinière de dix-huit ans qui vient de perdre son mari. Sur tous les visages, la même question : les a-t-on abandonnés à leur propre sort sur ce rocher aride ?

Le lecteur vivra avec Angélique ce drame oublié de notre histoire. Il partagera son quotidien, ses émotions, ses moments de joie, de tristesse, de peur, de doute, d’espoir et de désespoir. Il expérimentera la faim, la soif, le froid, la violence, mais aussi des instants de bonheur immense, un amour qui emportera la raison et tous les sens et redonnera une raison de lutter, des moments exceptionnels d’amitié, de tendresse, de bonté humaine, il découvrira les ressources inattendues de l’humain quand tout semble perdu… Partagée entre deux hommes, Angélique l’emportera dans le tourbillon de sa vie. Inspiré de faits réels, ce roman est troublant de vérité.

 

Pour vous le procurer :Cliquez ici fds2016

Sa page Facebook :Cliquez ici fds2016

Son site :Cliquez ici fds2016

Ajouter un commentaire