THÉO OU LE POUVOIR DE DIEU

51lcyuxwl

 

CHRONIQUE DE SANDRINE :

 

Titre : THÉO OU LE POUVOIR DE DIEU

 

Auteur : Sergio Luis

 

Parution : 20/04/2017 – Auto-Édition

 

Genre : Policier/Suspense – 333 Pages.

 

L’auteur :

Sergio LUIS a déjà cumulé 2000 lecteurs en à peine 5 mois, ce qui pour un nouvel auteur est une performance remarquable.

Il aime écrire des histoires où les gens normaux côtoient l’anormal, où le paranormal s’immisce dans le quotidien.

Où les belles âmes rencontrent le mal.

Avec toujours côté lecteur le même doute qui persiste : ça pourrait bien arriver…

Ses romans ont deux objectifs : faire frissonner et faire que les pages se tournent sans que l’on souhaite s’arrêter. Et dans ce domaine, il y parvient sans difficulté.

 

Le résumé :

Il a 11 ans. Sa vie est un enfer. Son pouvoir est sans limites.

Il est battu, il s’efforce de survivre.

Il va croiser la route du lieutenant Fallet, un homme meurtri, attachant. Fallet qui traque « le Fantôme », tueur en série, dans les rues de la capitale. Il va aller à l’encontre de la noirceur humaine car Théo a un don. Terrifiant, d’une puissance inouïe. Un don qu’il ne maîtrise pas. Une croix de plus à porter.

Si vous croisez Théo, priez d’avoir été de belles personnes.

 

Ma petite chronique :

Après le roman « La peur dans les veines » dans lequel j’ai pu découvrir Sergio LUIS, je me prends une nouvelle claque avec « Théo ou le pouvoir de Dieu ».

Whaouuuuu que d’émotions !!!

L’excellente plume de l’auteur m’a de nouveau fait vibrer.

Sans transition il passe d’une séquence à l’autre sans perdre le lecteur au contraire…

Sergio nous embarque au milieu de ses personnages, une spirale infernale dont on ne sort qu’une fois avoir lu les trois dernières lettres du mot FIN.

Théo n’a que 11 ans et déjà sa vie est un enfer. Des parents alcooliques, un père qui le prend pour un punching ball, il n’a de moment de bonheur que les escapades qu’il s’accorde avec son meilleur ami…

Mais Théo, enfant meurtri, cache un terrible secret qui l’entraîne dans les noirceurs de la société. Un don qu’il ne maîtrise pas et qui lui fait peur.

Théo préfère se taire, d’ailleurs qui le croirait ?

Ni le sympathique policier à qui pourtant il confiera des choses surprenantes !

Ni la gentille dame de la PMI qui fera tout pour le retirer des griffes de ses bourreaux de parents.

Quel avenir s’offre à un enfant qui débute sa vie avec si peu de chance !!!

Pourra-t-il vaincre ses démons et trouver un milieu familial stable ?

Deux personnages principaux attachants entre lesquels naîtra bien plus qu’une histoire d’amitié.

Un feu d’artifices de sentiments, une écriture fluide et impressionnante qui fait que le lecteur est envahi par les émotions.

A plusieurs reprises, je me suis surprise à retenir ma respiration imprégnée par l’ambiance, comme si j’étais présente dans le roman. Pendant que « le fantôme » attaquait ses victimes ou que les coups pleuvaient sur le petit corps innocent de Théo. Le cœur palpitant, j’avais presque envie d’intervenir, d’hurler ma colère contre ce père indigne.

Avec Sergio LUIS, on vit les émotions au fil des pages, un peu comme si nous étions un figurant caché quelque part dans l’histoire. Un drôle de ressenti !!!

On a peur, on a mal, on a chaud, on tremble et finalement on pousse un soupir de soulagement. Mais pas pour longtemps, car les rebondissements sont nombreux et le suspense enivrant jusqu’à la dernière ligne du livre.

Vous l’aurez compris, je recommande chaudement ce livre à tous les amateurs de thrillers.

 

Ma petite note : 9.5/10

 

Pour vous le procurer : Cliquez ici fds2016

Sa page Facebook : Cliquez ici fds2016

Ajouter un commentaire